Après un match nul (1-1) arraché le 6 septembre 2019 à Moroni face aux Comores, le Togo devra s’imposer obligatoirement ce mardi 10 septembre devant son public à Lomé, pour rêver du Qatar en 2022. À quelques heures de ce match, le sélectionneur relance le débat de l’état de la pelouse du stade de Kégué nouvellement rénové.

L’équipe nationale de football du Togo doit s’imposer ce mardi pour entrer en phase de groupes des éliminatoires du Mondial 2022, mais aussi pour reconquérir le public togolais déçu des performances des Éperviers de Claude Le Roy, qui a été déjà hué à deux reprises à Kégué.

Toujours en place, l’entraîneur français sera sur le banc des Éperviers au stade de Kégué lors du match retour face aux Comores. Jamais satisfait des pelouses dont dispose le Togo depuis son arrivée en 2016, Claude Le Roy s’est de nouveau plaint de l’état de la pelouse du stade de Kégué.

“C’est dommage que la pelouse soit trop haute (…) nous avons besoin d’un jeu rapide et rythmé, mais ce terrain ne nous arrange pas une fois de plus”, des déclarations qui peuvent apparaître comme un alibi pour justifier une contre-performance ou un fond de jeux non convainquant affiché par le Togo depuis sa prise de fonction.

Pour rappel, lors des éliminatoires de la CAN 2019, le champion d’Afrique 88 avec le Cameroun avait traité la pelouse du stade Municipal de Lomé de tôle ondulée. Alors que Béninois, Gambiens et Algériens ont réussi à faire un résultat sur cette même pelouse.

Quelle que soit la qualité de la pelouse, le sélectionneur national est bien conscient de l’enjeu de la rencontre, et sait que ses hommes doivent se montrer en conquérant et entamer ce match avec détermination, comme il l’analyse lui-même. 

Déçus par les derniers résultats de l’équipe nationale, ils sont nombreux, ces Togolais qui rêvent de revoir les Éperviers prennent leur envol dans leur Nid à Kégué dont la pelouse à été réceptionnée il y a moins de deux mois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici