Foot/Togo : la fédération s’offre en spectacle à travers le report des championnats

PUB ARTICLE – Sergio Sport

Les championnats nationaux de football sont renvoyés aux dates ultérieures par l’instance nationale de football togolais. Une décision qui fait couler beaucoup d’encre et de salive dans l’opinion.

À peine démarrés, les play offs de la D1 togolaise de football vont devoir marquer un arrêt. Plus loin, la fédération renvoie les acteurs aux dates ultérieures prétextant les journées FIFA qui verront la sélection nationale fanion ainsi que celle espoir se rendre à Antalya pour un stage ponctué de deux matches amicaux.

Dans l’opinion, c’est l’incompréhension totale suite à cette décision tardive et impopulaire puisque n’obéissant à aucune objectivité textuelle.
Selon les textes qui gouvernent la FTF et ses compétitions en effet, seul un club dont les joueurs convoqués en sélection atteignent trois, peut formuler une demande de report de son match. Si dans le cas d’espèce, aucun club n’est dans cette situation, les amateurs du football ont du mal à comprendre cette position de la fédération qui divise d’ailleurs au sein des clubs engagés dans ces play offs.

Au-delà, la procédure communicationelle de la fédération togolaise de football laisse à désirer. Alors que les clubs se préparent à la deuxième journée de la compétition, c’est le site officiel de la faîtière qui annonce un report sine die de la suite du championnat, incluant aussi la deuxième division qui n’a toujours pas rendu le verdict de sa phase régulière. Une information qui met les clubs devant le fait accompli.

Pourquoi motiver les reports par les dates FIFA si aucun joueur de la D2 n’est convoqué pour le stage ? Selon les informations, l’institution que dirige le Colonel Guy Akpovy n’a pas réussi à vider les contentieux pendants sur la table de ses commissions. Une évidence non excusable puisque la faîtière nationale a eu l’imprudence de reporter la dernière journée de la phase régulière de la D2 et de la reprogrammer sur le 19 mars 2022 sans s’assurer que ses commissions réussiront ou non à vider les contentieux.

Dans l’opinion, l’on évoque une décision qui aura une répercussion sur la dynamique des clubs. D’aucuns épiloguent déjà sur un cafouillage dû à l’absence de feu Secrétaire général, Chris Dakey. Tout compte fait, et quelque soit l’hypothèse plausible, la FTF se donne en spectacle à travers ces reports inopportuns.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

Error