Coupe CAF : ASCK, un fiasco et des questionnements

PUB ARTICLE – Sergio Sport

Après son échec retentissant au premier tour préliminaire de la Coupe de la Confédération, l’Association Sportive des Chauffeurs de la Kozah suscite des doutes et questionnements quant à son futur sportif. Si briller sur le continent devient des chimères pour l’ASCK, quel autre projet devra proposer le club de l’homme d’affaires AMAH Aklisso Chérif après cette scandaleuse élimination par les Mauritaniens de l’ASAC Concorde.

Le dimanche 19 septembre restera au travers de la gorge des Chauffeurs de la Kozah. Tristement sortie dès le premier tour préliminaire de la coupe CAF, l’ASCK a mis en doute tout le bien que l’opinion pensait de lui par rapport à son projet sportif. Pour un club qui a marqué des points en ligue des champions lors de la campagne de 2019, la deuxième expérience continentale vire au fiasco. Lamentablement éliminés par une quelconque équipe de la Mauritanie, les vice-champions du Togo suscitent de la colère, de la frustration, et même la honte chez leur public qui avait pourtant parié sur eux.

Si l’heure est aux questionnements sur comment expliquer ce déluge, c’est aussi l’heure de situer les responsabilités. Certes, l’échec est collectif, mais il est opportun de souligner les errements technico-tactiques du staff de l’ASCK le temps de ce match à Nouakchott. Le manque de sérénité explique ces moments de faiblesse constatés à chaque entame de mi-temps, dans le money-time ou encore dans le temps additionnel. L’absence d’audace est la résultante de l’inefficacité dont a fait montre l’équipe, puis l’immaturité d’un effectif trop juste pour une campagne africaine.

En effet, le casting proposé par le staff dirigeant de l’ASCK a manqué d’ambition. Trop juste en qualité du fait du départ non compensé de certains joueurs cadres, cet effectif était aussi trop juste en quantité. Si l’équipe était complète lors de la manche aller qu’elle a brillamment remporté(3-0), elle s’est effritée lors de la manche retour du fait des soucis administratifs que traînent certains joueurs importants du groupe : les défenseurs ISSAKA Latif et AGBANDJALA Razak notamment. Des absences de taille qui ont été fatales au club et qui ont conduit à cet échec retentissant.

Au-delà, des questionnements subsistent sur la volonté réelle des dirigeants de l’ASCK de poursuivre le projet qui consiste à briller sur le continent dans un futur proche. Au vu d’un relâchement qui ne dit pas son nom, l’homme d’affaires, AMAH Aklisso Chérif, propriétaire du club, serait-il en train de réorienter le projet ou cela reste juste une impression ? Des interrogations qui tiennent du compte que beaucoup de jeunes sont injectés dans l’effectif depuis l’arrivée de l’entraîneur Jonas Kokou Komla. Toutes les hypothèses sont là au milieu de ces regrets et frustrations depuis la cinglante élimination du club.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

Error