Les semaines s’alternent déjà depuis la nomination d’un nouveau Directeur Technique National à la Fédération Togolaise de Football. Gneni Sebabi, le nouveau patron serait déjà dans ses stratégies d’entame du chantier. Mais en entendant, l’opinion reste toujours attentive et curieuse sur la procédure ou le manuel de travail de l’ancien entraineur de l’AS OTR de Lomé .

Sauf erreur d’appréciation, Gneni Sebabi, précédemment agent des douanes togolaises devrait être à la retraite depuis l’aube de ce mois d’octobre. Une décharge de taille en terme d’occupation, au profit de ses nouvelles tâches que le confère la direction technique nationale. En terme de procédure de travail, il est impératif que Gneni Sebabi commence à situer la FTF et l’opinion sur l’équipe technique avec laquelle il compte mener sa mission. Autrement dit, c’est la condition sine qua nun pour le nouveau DTN avant tout propos.

Les réformes des ligues régionales de football viennent d’être achevées. Gneni Sebabi sous l’impulsion de la FTF doit rapidement mettre en place ses points focaux qu’il convient de désigner par Directeurs Techniques régionaux. Installer ces points focaux et leur adjoindre des collaborateurs, serait plus que bénéfique pour le nouveau DTN dans l’harmonisation et la coordination efficace de son planning de travail.

Ainsi, Gneni Sebabi doit s’appuyer sur les nouveaux districts préfectoraux de par le pays en participant de façon manifeste à la désignation des directeurs technique préfectoraux sinon de districts. Chaque directeur technique régional aura donc en charge sous le rôle de coordinateur, les différents directeurs techniques des districts. Le travail pourrait se faire de l’amont vers l’aval quand il s’agira des directives à donner telle l’option harmonisée d’un système de jeu à inculquer dans tous les centres ou académies de football. Il pourrait, le travail se faire aussi de l’aval vers l’amont quand il s’agira de compiler un certain nombre de renseignements ou toute autre stratégie.

Parallèlement à cette stratégie, Gneni Sebabi doit se donner les moyens de se doter d’une équipe variée de compétences pour la gestion quotidienne ou sporadique basée sur l’expérience, la disponibilité, la pertinence sociale, etc. Cette équipe doit être composée avant tout des techniciens rompus à la tâche. Des hommes qui ont déjà fait leurs preuves avec des équipes de la place.


Ensuite, Gneni Sebabi devra injecter dans cette équipe, des entraîneurs ou des récents étudiants de l’Institut National de la Jeunesse et des Sports. Ces cadres ou diplômés de l’INJS viendront avec leurs acquis actualisés, apporter de la pertinence à l’expérience déjà disponible. Outre le management en sport, la direction technique nationale a besoin de quelques compétences en management d’administration et aussi de finance. Le tout bien aidé par des hommes de communication variés (journalistes radio, télé, presse écrite et en ligne, photos reporters, etc.).

Voilà un véritable challenge en premier auquel Gneni Sebabi doit faire face. Un premier véritable chantier qu’il doit mener avec beaucoup de lucidité et donc loin des sentiments. Certes, c’est toujours bon de s’entourer et de travailler avec des hommes de confiance, mais c’est toujours mieux si c’est des personnes de confiance qui ont la compétence requise. Ce n’est qu’à ce prix que la mission pourrait se faire sans bruit et sans histoires, mais surtout avec des résultats escomptés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici