Togo/D1 féminine : la FTF œuvre pour un démarrage sans boycott

PUB ARTICLE – Sergio Sport

C’est ce 11 août que le championnat national de football féminin, saison 2020-2021 va démarrer au Togo. Mais à l’approche justement de l’entame de la compétition, beaucoup d’inquiétudes subsistent encore sur la participation de tous les clubs pris en compte par le calendrier de la FTF. L’on évoque une hypothèse de boycott de certains clubs pour des raisons financières. Une situation qui fait réagir favorablement la fédération à travers un allègement de certaines charges inhérentes aux clubs. Un pas vers les frondeurs afin de les ramener à de meilleurs sentiments.

La rumeur d’un boycott du championnat par certains clubs féminin, lancée depuis quelques semaines, semble devenir clameur. Même si les tractations de couloir sont encore en cours pour dissuader les mécontents des conditionnalités qui entourent l’organisation de ce championnat national féminin de football.

En effet, la Fédération Togolaise de Football au sortir de la réunion préparatoire de ce championnat avec les clubs, avait annoncé une subvention d’un million cinq cent mille Francs CFA par équipe. Une offre que certains responsables ont trouvé trop minuscule sans avoir pu de vive voix exprimer leur désaccord.

Mais dès la sortie de la réunion, la frustration a commencé à s’extérioriser à travers la rumeur de boycott qui s’enflamme aujourd’hui. Au-delà de la subvention jugée petite par ces clubs, l’on évoque la question des fonds covid de la FIFA dont les clubs féminins n’auraient pas bénéficiés. Alors que selon les indiscrétions, les frais des tests covid reviennent trop chers pour ces clubs d’où le désistement annoncé de certaines équipes.

Mais à la suite de ces hypothèses de boycott qui circulent, la fédération vient de faire un pas vers les clubs par rapport à certaines de leurs demandes. À travers un communiqué express rendu public ce jeudi, l’instance nationale de football exempte les équipes des frais d’établissement de licences. Par ailleurs, la FTF annonce une subvention des tests covid à hauteur de 100.000F par club suivant le nombre de tests à réaliser pendant le championnat. Ces nouvelles dispositions devront à coup sûr dissuader certains responsables et les amener à reconsidérer leur position de boycott.

Les prochaines heures devraient nous situer sur la tenue et la participation ou non des 16 équipes engagées initialement. La FTF qui a le pouvoir de décision est très attendue.

L’institution du colonel Akpovy peut décider d’accroître à tout moment la mise par rapport aux doléances sur fonds de menace de ses membres. Elle peut aussi brandir la menace de sanction (relégation) contre les frondeurs. Espérons que le juste milieu sera trouvé au bonheur des filles qui ont choisi de jouer au football.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

Error