À la suite du mot d’ordre de l’association nationale des arbitres de football du Togo appelant ses membres au boycott des matches du championnat de ce week-end, le comité exécutif de la FTF a rencontré les hommes en noirs pour faire le point sur la situation et trouver un consensus.

Une réunion qui était l’occasion, pour la fédération togolaise et son président de présenter ses “excuses aux arbitres” et ses “compassions aux officiels qui ont été violentés”. Tout en déplorant et condamnant avec fermeté ses actes de violence, la FTF s’est engagé à traquer les fauteurs de troubles en vue de les exposer à la rigueur de la loi.

“L’humiliation subit par les arbitres méritent une attention particulière. Et nous devons prendre en compte leurs doléances et les protéger. Pour continuer le championnat que nous avons commencé”, a annoncé le Colonel Guy Akpovy.

Du côté des arbitres, “les discussions ont été enclenché et les positions ont évolué”, a déclaré Antoine Sedzro, président de l’Anafoot. À la question de savoir si le boycott était toujours d’actualité, le responsable des arbitres a été vague, mettant l’accent sur le dialogue.

Sur le sujet de la discorde, ni le président de la FTF, ni le président de l’Anafoot n’ont su infirmer ou confirmer la tenue des championnats ce week-end. Les deux entités maintiennent selon leurs propres mots le dialogue pour une meilleure issue.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici