Décrié par le public sportif pour ses mauvais résultats, Claude Le Roy a touché le fond depuis la non-qualification du Togo pour la CAN 2019 en Egypte. Et c’est à juste titre que les supporters des Éperviers réclament depuis lors, son départ. Sauf que le technicien français semble bien tenir les câbles.

L’avenir de Claude Le Roy à la tête de la sélection togolaise est il encore certain ? Difficile de dire non, a en croire les déclarations de l’entraîneur en marge de la finale du Concours graines du Togo, son projet qui connaissait son apothéose ce samedi 20 avril. “Je suis toujours le sélectionneur des Éperviers”, voilà la réponse du français à la question de la presse sur son avenir avec le Togo.

En dépit du tollé suscité par l’élimination du Togo de la première CAN à 24 nations qu’accueille l’Égypte, Claude Le Roy semble s’accrocher. Pour une première fois dans l’histoire, une manifestation pour le départ d’un sélectionneur a eu lieu. Un sit-in devant le stade municipal de Lomé dispersé d’ailleurs à coups de gaz lacrymogènes.

Malgré cette hostilité, le français est bien présent au Togo en qualité de sélectionneur national. Face à la presse à l’apothéose du concours de football, le Breton a déclaré qu’il “demeure toujours le sélectionneur du Togo encore pour quelques mois”.

Et en ce qui concerne son contrat arrivé à terme ou pas, Claude Le Roy estime que “les contrats connaissent deux sorts. Soit ils sont rompus, soit ils sont prolongés. “Je ne suis pas encore en fin de contrat”. Le plus important “pour moi n’est pas ma situation actuelle, mais le football togolais”, a t-il lâché.

Une déclaration qui contraste avec le désir des supporters des Éperviers du Togo de voir le Champion d’Afrique 88 avec le Cameroun, loin de la sélection nationale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici