Éliminatoires CAN 2019 : le Togo en opération commando à Cotonou

PUB ARTICLE – Sergio Sport

Les Éperviers du Togo effectuent un déplacement, des plus périlleux à Cotonou lors de la sixième journée des éliminatoires de la CAN Total, Egypte 2019. À quelques jours de cette rencontre décisive, l’optimisme est du côté du staff togolais confiant des qualités du groupe togolais.

Le groupe est désormais au complet pour les Éperviers et les “signaux sont au vert” pour le sélectionneur français du Togo Claude Le Roy. Un effectif togolais composé des joueurs pour la plupart évoluant à l’étranger.

Contrairement aux années antérieures, l’essentiel des joueurs “rejouent en club et ils ont un temps de jeu conséquent”, a analysé Claude Le Roy. Une vérité pour cette équipe togolaise où des joueurs comme Djene Dakonam avec Getafe, Romao avec le stade de Reims, Dossevi Mathieu avec Toulouse ou encore Floyd Ayité avec Fulham sont dans une forme étincelante.

Le “sorcier blanc” Claude Leroy, ne vit pas sa première expérience : celle d’obtenir son ticket pour une phase finale de CAN lors de l’ultime journée dans les éliminatoires. Le dernier fait en ce sens est justement avec le Togo pour lors des qualifications pour la CAN 2017. Alors que les signaux étaient au rouge puisqu’il fallait faire aussi avec plusieurs concours de circonstances, les Éperviers atomisent Djibouti 5 – 0 et se qualifient pour cette CAN aux dépens de plusieurs nations dont le Bénin justement.

Nul doute que les Éperviers seront dans une adversité qui ne dit pas son nom à Cotonou le dimanche 24 mars. Les Togolais ont vécu à plusieurs reprises cette adversité avec des joueurs qui aujourd’hui se retrouvent dans le staff de l’équipe du Togo (Abalo Dosseh et Agassa Kossi) lors des éliminatoires de la CAN et de la Coupe du monde 2006 à Dakar, Bamako et Brazzaville. Une bonne partie du groupe de Claude Le Roy était aussi de l’épopée du Liberia lors des éliminatoires de la CAN 2017 où l’équipe du Togo a été témoin des gaz lacrymogènes à l’entrée du stade de Monrovia. Somme toute, une panoplie d’exemples qui doivent pouvoir servir d’expérience pour le nid des Éperviers.

Au bout de cette adversité, le Togo pourra exulter en obtenant sa qualification devant un pays qui ne l’a battu qu’une seule fois dans toute l’histoire. Une victoire en 2007 dans des conditions rocambolesques et violentes. Une violence que les amoureux du foot espèrent ne plus revivre à Cotonou.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

Error