Le Comité National Olympique du Togo sera en Assemblée Générale Élective le 19 décembre 2020. Sous l’impulsion du ministère des sports, le comité exécutif dont le mandat échoue cette fin d’année a sorti un chronogramme détaillé aux allures de processus devant aboutir à la mise en place d’un nouveau bureau. Mais une question, l’élection est-elle la panacée pour une sortie de crise ?

Pris de tout côté par des présidents de fédérations et par le ministère des sports, le Comité National Olympique du Togo se devait de poser des actes pour une sortie notable. Les différents protagonistes de la crise ont dû ranger momentanément leurs différends pour donner chance à une éventuelle alternance dans la maison de l’olympisme togolais.

À la suite du courrier d’avant octobre aux allures de sommation envoyée par l’ancien Ministre des sports FOLI BAZI Katari, suivant les derniers développements en rapport à la pétition, et à la suite des explications du CIO et des consultations et entretiens que la nouvelle Ministre Lidi Bessi-Kama, le Comité National Olympique du Togo a été amené à officialiser les différentes dates pour le processus.

C’est un processus qui sera lancé le 02 novembre avec l’ouverture des dossiers à candidature pour finir le 19 décembre par une Assemblée Générale Élective. Techniquement, le vœu des pétitionnaires est exaucé à travers ce chronogramme détaillé et empreinte de transparence. Mais la question est de savoir si l’élection suffira pour sortir de la crise que traverse le CNO-TOGO.

En effet, l’histoire a montré que c’est à l’approche de chaque scrutin au CNO Togo, que l’autorité s’investit pour un semblant de règlement des différends entre les acteurs majeurs du comité national olympique du Togo. Ces acteurs la plupart du temps, monotones de par leur présence depuis des décennies dans le système, qui se font la guerre à longueur des mandats qui se suivent.

Autrement dit, la crise au CNO-TOGO n’est pas qu’electoraliste. C’est un véritable problème de personnes, et des conflits d’intérêts. Des retombées de la collaboration avec la solidarité olympique, aux privilèges liés à la participation aux grands événements en passant par le statut que leur confère le titre de Présidents de fédérations et membres du Comité Exécutif du CNO-Togo, tout explique la redondance des crises dans la maison de l’olympisme togolais. D’où cette question de savoir si l’AG Élective du 19 décembre prochain sera la panacée pour une sortie de crise.

Si beaucoup brandissent déjà la nouvelle donne comme un trophée de guerre, il y a lieu d’élargir les analyses au delà du simple cadre électoraliste, et de réfléchir à la pertinence de cette nouvelle élection sur l’avenir de nos athlètes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici