Basket-ball : Hamane Niang, président FIBA Afrique évoque les lendemains du 3×3

RADIO DJENA EN DIRECT

Basket de rue, formalisé par la Fédération Internationale de Basketball Association (FIBA), le 3 x 3 est perçu aujourd’hui comme un véritable levier du Basketball. Programmée, pour faire son apparition aux Jeux olympiques de Tokyo en 2020, le continent africain ne reste pas en marge du développement de cette variante du Basket qui suscite engouement et passion. La deuxième édition de l’Africa cup 3 x 3 qui se déroule présentement à Lomé dans la capitale togolaise, en est une parfaite illustration. En marge justement de cette compétition, la rédaction de djenasport.info a rencontré le président de FIBA- Afrique, M. Hamane Niang dans une interview exclusive.

Bonjour président, quelle est la place du 3 x 3 sur le continent africain ?

Le 3 x 3 est aujourd’hui à sa deuxième CAN. Nous saluons la qualité de l’organisation togolaise dans cette compétition. Ceci dit, l’Afrique compte jouer sa partition dans le 3 x 3 mondial. Quand on regarde un peu les matches de cette compétition qui se tient à Lomé, les “over time” (prolongation en Basket 3 x 3 NDLR) intervenus dès les premiers matches sont un signal du bon niveau des joueurs et joueuses.

La clé de notre succès sur le plan mondial est toute connue, c’est l’amélioration de notre rang mondial. Et pour ce faire, les fédérations nationales doivent multiplier les compétitions au sein de leur pays afin de rendre les joueurs compétitifs. Je n’oublie pas aussi l’importance de prendre part aux compétitions internationales pour nos pays. C’est le message que je lance à toutes les fédérations nationales africaines.

Parlant justement de l’organisation des compétitions nationales par les fédérations, elles sont souvent confrontées à un problème de financement…

Nous sommes conscients de la difficulté des fédérations nationales. Ce qui est intéressant au 3×3, c’est que les promoteurs peuvent intervenir pour organiser des compétitions et c’est ce qui se fait le plus en Europe. En Afrique, nous devons également arriver à attirer les promoteurs privés à investir dans l’organisation des tournois 3 x 3. Toutefois, FIBA accompagne d’une manière ou d’une autre le développement du 3 x 3 en Afrique.

Comparativement au reste du monde, où en sommes-nous président ?

J’avoue qu’en terme de classement mondial, on ne peut pas se satisfaire de là où nous sommes. Nous avons commencé le 3 x 3 sur notre continent après plusieurs pays européens. La satisfaction, nous nous battons pour minimiser ce retard quand même, et cela passe par des compétitions comme celle de Lomé. Je le dis encore, les fédérations doivent multiplier les partenariats avec des promoteurs des tournois au plan national.

Merci président pour cet entretien en espérant vous revoir pour un bilan en fin de compétition

Ce fut un plaisir d’échanger avec vous. Merci et à bientôt.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite