La Fédération Togolaise de Football, au travers d’un communiqué a lancé un appel à candidature pour le recrutement d’un nouveau sélectionneur national pour les Éperviers A du Togo. L’annonce s’est accompagnée d’une brochette de critères et conditions à remplir par les postulants. Le processus comporte plusieurs étapes dont la partie audition pour la short liste de trois noms en vue du choix final.

Pour tourner définitivement la page Claude Le Roy dont la démission a été acceptée par la FTF, l’instance nationale de football en collaboration avec le ministère en charges des sports a lancé un appel à candidature pour recruter le nouveau patron de la sélection nationale de football du Togo. C’est une opportunité donnée aux entraîneurs nationaux et étrangers dont les qualifications répondent à celles demandées par l’appel à candidature.

En effet, l’annonce souligne entre autres les missions, le profil mais aussi les différentes étapes du processus. Une démarche motivée par le souci d’offrir du mieux à la vitrine du football togolais qu’est l’équipe nationale senior.

En rapport aux missions, la FTF recherche un sélectionneur pour la gestion des Éperviers seniors dans le cadre des compétitions organisées par la FIFA, pour celles organisées par la CAF et pour les matches amicaux. Il devra aussi dans sa mission, travailler en étroite collaboration avec les entraîneurs nationaux sur la question liée au football national. Autrement dit, le successeur de Claude Marie François Le Roy devra travailler aussi pour le développement du football national par sa qualité de management et de collaboration.

En rapport au profil, le technicien recherché par l’institution du Colonel Guy Kossi Akpovy, devra être qualifié. Il doit être nanti d’une licence A de la CAF, ou d’une licence A de l’UEFA ou encore d’une licence UEFA pro. À défaut de ces diplômes, le postulant nanti d’une autre qualification équivalente pourrait faire acte de candidature. Outre ces documents, les challengers devront être porteurs de projets sportifs. Projets que les trois sélectionnés sur la short liste devront défendre dans une phase terminale d’interview. Il est aussi exigé aux postulants, la maîtrise de la langue française, la connaissance géographique du Togo et leur engagement à résider sur le sol togolais toute la durée de leur contrat s’ils sont retenus.

La date butoire du dépôt de candidatures est fixée pour le 28 avril. Les dossiers enregistrés seront soumis à une étude dont les frais sont fixés à 250.000f par dossier. Le processus devra aboutir à un choix sans complaisance en vue des résultats dans un futur proche.

Toute analyse faite, la FTF et le ministère ne voudraient plus faire les choses à moitié. Sauf que, dans l’opinion, l’ouverture des critères aux diplômes équivalents fait déjà débat.

En effet, l’administration au niveau des instances continentales a fiché désormais les techniciens diplômés comme c’est aussi le cas des joueurs avec les licences connect-FIFA. Une organisation qui met en lumière toutes les compétences suivant les degrés de niveau. Voilà pourquoi, l’ouverture des critères pour des diplômes équivalents aux licences A CAF et UEFA n’enchante pas les observateurs avisés. “C’est déjà une fenêtre pour la magouille, pour des deals et compromissions” fait comprendre un analyste sportif de renom.

Pour d’autres encore, ce processus de recrutement marque le retour des vautours autour des Eperviers avec les managers et autres agents de joueurs, de matches ou d’entraîneurs. Hypothèses ou suspicions ? En tout cas, le départ de Claude Le Roy ouvre d’autres horizons et perspectives. Des noms de techniciens comme Henry Stambouli, Hugo Brooss ou encore Patrice Neveu sont cités dans l’opinion comme éventuels demandeurs. Pourvu que le choix aboutisse à des résultats probants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici