Le contexte pandémique a soumi le football togolais au contexte du huis clos. Une première avec un championnat entier qui se jouera sans public. Côté organisation, que ce fut dur les 3 et 4 avril dès la journée inaugurale.

La Fédération Togolaise de Football n’était-elle pas prête avant de lancer la saison 2020-2021 ? Cette question est tout sauf anodine vu l’approximation constatée dans la gestion des acteurs pouvant avoir accès aux différents stades retenus pour les matchs malgré le huis clos.

Alors qu’un travail avait été fait en amont avec une idée bien arrêtée sur la nature, la raison et le nombre des différentes entités autorisées. Sauf que ces acteurs n’avaient pas pu bénéficier des accréditations devant leur permettre d’avoir accès dans les délais aux stades. Que ce soit les arbitres, les journalistes et autres officiels, la difficulté était la même. Pas de badges confectionnés par l’organisateur pour ces acteurs. La situation aussi confuse a créé beaucoup de soucis aux différentes entrées des stades.

Les ligues régionales de football chargées de l’organisation sur délégation de pouvoir de la FTF, ont parfois eu des échanges tendus avec soit certains acteurs, soit certaines forces de l’ordre qui confondaient aussi leur rôle sur le terrain.

Un apprentissage de gestion du huis clos dur donc pour la FTF et ses démembrements. Même les arbitres sans qui un match de football n’est possible, n’avaient pas de badges devant leur permettre d’avoir accès librement au stade ? Les résultats des tests PCR demandés à l’entrée n’ont aussi rien arrangé. Beaucoup martèlent avoir fait le test mais sans rentrer en possession des résultats. C’est le cas de plusieurs journalistes dont certains ont été obligés de rebrousser chemin.

Espérons que les choses puissent rentrer dans l’ordre avec des avancées au plan organisationnel avant la deuxième journée prévue ce mercredi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici