L’Association des Journalistes Sportifs Indépendants du Togo était en formation la semaine dernière dans deux villes du Togo. L’action de l’AJSIT s’inscrivait dans la droite ligne de la reprise des activités sportives sur toute l’étendue du territoire national d’une part, et dans le souci de renforcer l’esprit professionnel de chaque membre d’autre part. L’activité menée à Lomé puis à Kara a connu une réussite malgré le revirement du gouvernement qui remet sous scellés les sports en cette période de crise sanitaire.

Ils étaient une cinquantaine à Lomé puis une trentaine à Kara à être outillés par l’Association des Journalistes Sportifs Indépendants du Togo sur des thématiques devant aider à plus de professionnalisme en cette période de crise sanitaire. Tout comme l’étape de Lomé tenue le 16 mars, celle de Kara rendue effective le 19 mars s’est articulée autour de quatre modules développés par des spécialistes. Il s’est agi notamment des dernières modifications sur les lois du jeu, de l’attitude du journaliste sur les lieux de reportage en cette période de covid 19, de comment réussir une retransmission en direct et son papier puis de quelques notions sur les différentes animations de jeu (schémas et tactiques).

Arrivés pour l’étape de Lomé, de Kpalimé, Badou, Atakpamé, Notsè, Aného et Afagnan puis pour l’étape de Kara, de Dapaong, Mango, Sotouboua, Sokodé et Bafilo, les journalistes membres de l’AJSIT ont à travers ces deux ateliers, rappelé à l’opinion leur responsabilité et le défi de l’heure qui renvoient au professionnalisme. Des exigences qui ne sont possibles que par des formations ou recyclages. Une évidence dont est consciente l’Association des Journalistes Sportifs Indépendants du Togo.

En effet, malgré les difficultés rencontrées dans l’élaboration et la recherche du financement pour ce projet, l’AJSIT a tenu à marquer son sceau vu que depuis l’entame du deuxième mandat du président Innocent Komlavi AGBLEWONOU fin 2019, aucune activité majeure n’a pu se réaliser. La faute à la situation pandémique liée au coronavirus.

Hormis cette situation, le Bureau Exécutif est parti du constat que certains dérapages ou insuffisances professionnelles s’expliquent par le manque de formation. Étant donné que l’association regroupe des journalistes de toutes les générations. D’où la nécessité d’offrir un recyclage pour les membres déjà expérimentés et une formation littérale à la jeune génération.

Au sortir de ces deux ateliers de formation, l’AJSIT est renforcée dans ses prérogatives d’association œuvrant pour le bien-être de ses membres. Elle est convaincue que ses membres ont réellement besoin de ces initiatives et reste persuadée que ses membres seront beaucoup plus professionnels dans leur différentes prestations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici